L’univers fantastique de mes pastels

Pourquoi ai-je une prédilection pour cette technique si merveilleuse ? https://www.lateliercanson.com/les-notions-de-base-du-pastel

En fait j’ai toujours été émerveillée et béate d’admiration, devant l’univers chromatique des pastels, qu’ils soient secs ou gras. J’adoôore ces beaux coffrets, aux couleurs si soigneusement alignées ! Mon âme d’enfant renait ! C’est magique et un éternel challenge prometteur se profile à chaque fois que je m’en sers…

Leur consistance si délicate n’est pas, non plus, sans m’inspirer profondément. Je les AIME tout bonnement, mes pastels !

Ce qu’il faut déjà savoir, c’est que les pastels ne sont en fait rien d’autre que des pigments purs. Ils sont généralement naturels et très stables, simplement mêlés à de la craie et très peu de liant.

Les nuances des pastels
Un univers chromatique infini ?…

L’histoire des pastels vous intéresserait ?

Le pastel est considéré comme « l’art de peindre à sec » et les premiers travaux connus datent de la fin du XVe siècle.

Si la fabrication du pastel apparaît dans un traité artistique daté de 1574, c’est à partir du XVIIème siècle que le pastel prendra tout son essor en Europe.

Avec Quentin de la Tour, Chardin, Boucher… Le pastel devient au XVIIIème un art à part entière et acquiert enfin ses lettres de noblesse, largement méritées !

L’impressionnisme lui donne un nouveau visage avec Degas, Toulouse-Lautrec, ou Vuillard. L’engouement sans réserve, se prolongera jusqu’à nos jours… Et ceci, pour notre plus grand plaisir !

Quels sont les différents types de pastels ?

Il faut tout de même savoir que la technique du pastel est moins facile que les techniques humides (peinture à l’eau ou à l’huile), à cause du mélange délicat des nuances en poudre. Le travail s’effectue directement sur le papier, qui peut être vite saturé ! L’accroche n’est pas du tout acquise. Et les retouches, sont rendues plus difficiles, on ne peut pas toujours gommer ! Par contre les estompes ou les flous peuvent donner une ambiance carrément sublime.

Les grandes marques offrent toutes une palette très large de teintes, graduées couleur par couleur. C’est d’ailleurs ce qui force toujours mon admiration, toutes ces nuances dans ces boites précieuses !…

Il y a donc 4 types de pastels, déclinés comme suit.

Pastels secs extra-fins :

Les plus grands pastellistes ont toujours recherché le caractère raffiné des pastels tendres et extra-fins.

Pastels durs et craies :

Moins fragiles, ils se présentent sous forme de bâtonnets, généralement carrés (Carrés CONTE par exemple). Intensité de couleur et robustesse en font un outil très apprécié, en particulier pour l’étude et l’initiation.

Crayons pastels :

Conçus comme des crayons, autour de mines épaisses, en pastel « dur», ils se révèlent très pratiques à utiliser mais également moins fragiles que les pastels classiques. (Plus pratiques que les carrés, ils ne se cassent pas, on peut les emporter partout et ne pas trop se salir les doigts !)

Pastels gras :

D’un usage très différent, les pastels gras permettent les nuances, directement mélangées sur la feuille. L’huile, qui assure le liant des pigments, renforce encore la profondeur des teintes. Certains pastels gras sont particulièrement adaptés à un jeune public scolaire. Les enfants les adorent ! Mais ils peuvent aussi être dilués et employés plus techniquement au pinceau. Tout comme une peinture à l’huile. Évidemment je ne saurais trop attirer votre attention sur les diluants de synthèse – toxiques, préférez utiliser une essence naturelle !

Les carrés sont des pastels durs
Les petits carrés (pastels durs)

Le papier employé est-il important ?

Pastels secs :

C’est sur un papier à grain, de fin à fort, que votre pastel va exprimer toute sa force, toute son intensité. Mieux que le papier blanc, des papiers à grain légèrement teintés permettent de mieux valoriser les nuances très claires et les accents blancs. Certains fabricants proposent même des papiers à microparticules, qui agissent comme un papier poncé, ultra raffiné, vous offrant ainsi une intensité chromatique spectaculaire.

Bon, pour ma part, je reste sur les grands classiques, qui offrent déjà un bel éventail de coloris. https://fr.canson.com/pastel-dessin-couleur/canson-mi-teintes Mais OUI le choix du fond s’avère très important, car il va profondément nuancer le rendu.

Pastels gras :

Ceux-là se travaillent sur des papiers à dessin classiques, mais aussi sur des surfaces très lisses comme le plastique ou le métal. Tiens, d’ailleurs, je n’ai pas encore testé, mais j’aurais bien quelques idées qui me trottent (?)

Comment conserver un dessin au pastel ?

C’est parce qu’il est composé de grains de couleur, simplement « posés » sur le papier, que le pastel a cet aspect à la fois velouté et si intense. Difficile à conserver, car le dessin fini est alors hyper-sensible à tout frottement, aux moindres chocs ou vibrations.

Fixatif :

La solution consisterait à fixer, très légèrement, entre chaque couche, votre travail en cours d’élaboration… (Moué… Un peu fastidieux, non ? Et contraignant…) Dans tous les cas il vaut mieux que la fixation finale soit légère, pour éviter tout « glaçage » modifiant la perception des nuances. Cela peut en effet, les rendre un peu transparentes et plus sombres.

Je vous livre ici mon astuce personnelle : j’emploie de la laque en bombe (bon pas très écologique, ça, comme tout produit en bombe, mais là, je ne vois pas comment faire autrement, c’est nécessaire et bon… Pas fréquent) Et oui, vous m’avez bien lue : de la laque à cheveux (tant qu’elle existe encore !) Attention toutefois à la pulvériser en petites quantités et de manière très uniforme, elle sera très efficace.

Encadrement :

Il vaut mieux ensuite encadrer son travail. C’est faisable sans le fixer au préalable, comme le sont la plupart des œuvres des musées et galeries. Personnellement je préfère passer par ces 2 étapes.

Stockage :

Sinon, pour conserver à plat ses travaux au pastel, on peut intercaler entre chacun une feuille de papier cristal qui protègera les couleurs.

Voili voilà ! Vous en savez maintenant un peu plus sur cette technique, pourtant peu pratiquée, mais si belle – à mon goût.

Alors, êtes-vous séduits ? Qu’en pensez-vous ?…

N’hésitez pas à vous balader dans mon album existant sur facebook : Les pastels de –P@G —.

La boutique du site sera, quant à elle, complétée incessamment sous peu.

Et prochainement, je vous raconterai pourquoi les “Z’animo” m’inspirent-ils autant… @ +++ ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *